Industrialiser l’image de grève au début du XXe siècle?

Intervention lors du colloque “Les mondes de 68”, jeudi 17 mai 2018, BnF

Neurdein frères éditeurs, Chusseau-Flaviens photographe, Les journées historiques, 1er mai 1906, Curieux et manifestants massés au pied de la statue de la République dans l’attente des événements, coll.Bhvp.

Résumé : “Les journées historiques” : c’est le terme qu’emploie Paris-Match dans son numéro spécial dédié à mai 68, paru dans la semaine du 15 au 22 juin de la même année, pour qualifier les événements parisiens. C’est aussi le nom d’une série de cartes postales éditée en mai 1906 par l’entreprise Neurdein, consacrée à la grève générale parisienne du 1er mai 1906 à l’appel de la CGT, qui annonce la lutte pour la journée de 8 heures de travail. Dans un contexte  d’espoir et de crainte du Grand soir de la révolution sociale, pour reprendre les termes d’Aurélie Carrier, et de forte mobilisation des foules, les industries culturelles de la photographie se mobilisent pour produire et faire circuler des images en abondance. Elles se positionnent en témoin et en transmetteur de l’histoire. Partir de ces éditeurs de cartes postales et de leur manière d’industrialiser l’image permet d’analyser la production d’une série, plutôt orientée politiquement, au prisme de choix et de stratégies commerciales et au sein d’un marché de l’image en pleine ébullition au début du XXe siècle.

Continuer la lecture

Tourisme, faïence et industrialisation de l’image photographique : Neurdein frères et la manufacture de Sarreguemines

Texte publié dans le catalogue de l’exposition “Photo et céramique #1” qui a lieu du 22 juin au 16 septembre 2012 au Musée de la faïence à Sarreguemines. Merci à Christian Thévenin

Continuer la lecture

Utilisation des photographies d’agence dans l’édition touristique : exemple du Mont Saint-Michel

Ce texte est une version complétée de la communication présentée lors du colloque du Lhivic  Si la photo est bonne, jeudi 20 et vendredi 21 octobre 2011, INHA.

En 1909, Antonin Neurdein, membre fondateur de la société Neurdein frères, établissement photographique qui possède « la collection la plus complète de vues de France »1 depuis 1870 et jusqu’à sa vente en 1917 déclare :

« Nos publications nombreuses comprenant 110 000 sujets sont une somme précieuse pour les éditeurs qui trouvent à bon compte un grand nombre d’éléments d’illustration. Nous cédons des droits de reproductions pour une somme relativement importante aux maisons Hachette, Larousse, Delagrave, Colin, Laurens, etc etc qui trouvent à se fournir à bon compte des éléments d’illustration qu’il leur serait impossible de se procurer dans un délai très court et dans ce cas à des prix très élevés. Nous fournissons les vues pour la projection à l’usage de l’enseignement.»2 Continuer la lecture

  1. Publicité de l’entreprise Neurdein frères, vers 1900, coll. part. []
  2. Courrier d’Antonin Neurdein à Jules Roussel, conservateur adjoint du musée des Monuments français, 16 janvier 1909, archives de la Commission des monuments historiques, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. []

Le Marquis de Tombelaine : récits et construction médiatique d’une figure du tourisme au tournant du XXe siècle

En 1879, la Maison Neurdein frères[1] effectue sa première campagne[2] de photographies au Mont Saint-Michel, au moment de la construction de la digue-route qui relie le Mont Saint-Michel à la mer[3]. De nombreuses autres campagnes suivront (au nombre de cinq ou six au moins) qui permettent d’actualiser les vues, en écho avec les modifications que subiront le site dans les trente années qui suivent.

Continuer la lecture