Exposition Greetings from America, la carte postale américaine, 1900-1940

Institut pour la photographie, Lille, 12 octobre au 15 décembre 2019

J’ai eu le plaisir d’être invitée par l’Institut pour la photographie de Lille, pour assurer le co-commissariat de l’exposition Greetings from America, la carte postale américaine, 1900-1940, aux côtés de Carine Peltier-Caroff. Cette exposition était proposée dans le cadre de la programmation « Extra-ordinaire » conçue par Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la photographie : https://www.institut-photo.com/event/anarchy-in-the-uk/

La carte postale est « une des conséquences de la vie à la vapeur » comme l’exclame un journaliste du Figaro illustré en 1904. Avec un message bref, à découvert, et l’adresse du destinataire, elle devient un mode de correspondance synthétique et bon marché dès les années 1870. Sa forme se codifie peu à peu dans le monde entier, les industriels de l’image s’en emparent, ses usages se précisent.

Continuer la lecture

Séminaire de recherche : Photographie, édition, presse. Pour une histoire culturelle des producteurs d’images (XIXe-XXIe siècles), 2019-2020, EHESS

Ernest Le Deley (ELD), Grand Comptoir de la carte postale illustrée, Usine des Arquebusiers, Bureau du directeur, carte postale, 1900-1918, coll. part.

Marie-Ève Bouillon, chercheuse associée au CEHTA (EHESS, CRAL-CEHTA)
André Gunthert, maître de conférences de l’EHESS (CRAL-CEHTA)
Laureline Meizel, chercheuse associée à l’EA 4100-HiCSA (Paris 1)

Pour la deuxième année consécutive, le séminaire s’attache à explorer le champ de recherche dynamique qui consiste à appréhender l’histoire de la photographie par le biais des producteurs d’images, qu’ils participent à leur conception, à leur fabrication, à leur financement et/ou à leur diffusion. En articulant l’analyse de la dimension économique, sociale et culturelle de ces acteurs avec l’étude des objets produits, cette approche vise à saisir leur inscription dans l’industrie culturelle. Continuer la lecture

Éditeurs photographes et collaborations institutionnelles au tournant du xxe siècle : l’exemple des Archives nationales

Intervention avec Sylvie Le Goëdec, lors du Colloque « Être éditeur en France au XIXe siècle » (4-5 avril 2019), ANR DEF19

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, au sein d’un nouveau type d’entreprise émergente, à la fois photographes à une échelle industrielle et véritables « maisons d’édition de l’image », se créé un modèle entrepreneurial de production et diffusion d’une imagerie progressivement standardisée, destinée à être « consommée » par le plus grand nombre et dans le plus de contextes possibles. Ces éditeurs-photographes renouvellent leurs propositions pour susciter objets et modes de consommation nouveaux, ce dont la carte postale est l’incarnation. Tout comme la maison d’édition supplante l’éditeur, l’entreprise d’édition-photographie-imprimerie supplante le photographe comme modèle économique, en particulier dans les tendances expansives de son commerce.

La société Neurdein frères, active entre 1863 et 1918, est un exemple caractéristique de cet élan entrepreneurial basé sur la photographie, parmi d’autres établissements comme Braun ou Bulloz en France. En quête de nouveaux marchés et de légitimité, ces entreprises s’engagent dans une dynamique éditoriale, notamment avec les institutions culturelles, parallèlement à leurs activités d’agence d’illustration, de photographe et d’imprimeur. Les ouvrages illustrés édités par l’entreprise Neurdein, peuvent révéler des collaborations aux contours différents. L’Histoire de France par le document, par exemple, est basé sur la reproduction de pièces originales tirées des collections des Archives Nationales et accompagnées de notices par l’un de ses conservateurs.

Cette série ambitieuse, qui ne compte que les deux premiers numéros, bénéficie d’un rendu photographique professionnel, tout en étant présentée comme un modèle de publication de vulgarisation. La communication s’attachera à clarifier ce rôle d’éditeur et ce rapport constant et presque vital avec les institutions. Comme une forme de caution, le travail d’édition en commun permet de présenter une production commerciale comme digne d’un intérêt culturel et probablement pédagogique. Cette étude circonstanciée interrogera donc les interactions entre la stratégie commerciale offensive des Neurdein qui les incite à intégrer de nouveaux espaces professionnels et la réponse institutionnelle. Au-delà, elle permettra d’interroger le champ de l’édition patrimoniale à un tournant de l’ère reprographique qui touche aussi le livre illustré. Continuer la lecture

Séminaire de recherche « Photographie, édition, presse : histoire culturelle des producteurs d’images », 2018-2019, EHESS/CEHTA

Le séminaire de recherche « Photographie, édition, presse: histoire culturelle des producteurs d’images », que j’anime avec Audrey Leblanc et André Gunthert au CEHTA – Centre d’histoire et de théorie des Arts/EHESS se tient à 17h, salle du Cehta à l’INHA du 12 décembre 2018 au 12 juin 2019.

Continuer la lecture

Naissance de l’industrie photographique. Les Neurdein, éditeurs d’imaginaires (1863-1918), thèse de doctorat, EHESS, 2017

Marie-Eve Bouillon « Naissance de l’industrie photographique. Les Neurdein, éditeurs d’imaginaires (1863-1918), thèse de doctorat en histoire sous la direction de Christophe Prochasson et André Gunthert, EHESS, 2017.

Cette thèse a été récompensée d’une mention spéciale du jury du prix de thèse PSL-SHS 2018 dans la catégorie « Sciences sociales » : https://www.psl.eu/actualites/les-laureats-du-premier-prix-de-these-shs-psl

Texte de soutenance, 4 octobre 2017 :

« Cher(e) président(e), chers membres du jury, chers auditeurs et auditrices, qui me faites l’amitié de votre présence,

Le travail que je vous présente aujourd’hui sous l’intitulé Naissance de l’industrie photographique. Les Neurdein, éditeurs d’imaginaires, 1863-1918, est l’aboutissement d’un long cheminement. Son contenu comme son approche ont été rendus possibles par la rencontre de mon expérience professionnelle et de mon parcours académique, à la croisée de plusieurs histoires : l’histoire, l’histoire de l’art, l’histoire de la photographie et l’ethnographie française. Continuer la lecture

Industrialiser l’image de grève au début du XXe siècle?

Intervention lors du colloque « Les mondes de 68 », jeudi 17 mai 2018, BnF

Résumé : « Les journées historiques » : c’est le terme qu’emploie Paris-Match dans son numéro spécial dédié à mai 68, paru dans la semaine du 15 au 22 juin de la même année, pour qualifier les événements parisiens. C’est aussi le nom d’une série de cartes postales éditée en mai 1906 par l’entreprise Neurdein, consacrée à la grève générale parisienne du 1er mai 1906 à l’appel de la CGT, qui annonce la lutte pour la journée de 8 heures de travail. Dans un contexte  d’espoir et de crainte du Grand soir de la révolution sociale, pour reprendre les termes d’Aurélie Carrier, et de forte mobilisation des foules, les industries culturelles de la photographie se mobilisent pour produire et faire circuler des images en abondance. Elles se positionnent en témoin et en transmetteur de l’histoire. Partir de ces éditeurs de cartes postales et de leur manière d’industrialiser l’image permet d’analyser la production d’une série, plutôt orientée politiquement, au prisme de choix et de stratégies commerciales et au sein d’un marché de l’image en pleine ébullition au début du XXe siècle.

Neurdein frères éditeurs, Chusseau-Flaviens photographe, Les journées historiques, 1er mai 1906, Curieux et manifestants massés au pied de la statue de la République dans l’attente des événements, coll.Bhvp.

Continuer la lecture

Tourisme, faïence et industrialisation de l’image photographique : Neurdein frères et la manufacture de Sarreguemines

Texte publié dans le catalogue de l’exposition « Photo et céramique #1 » qui a lieu du 22 juin au 16 septembre 2012 au Musée de la faïence à Sarreguemines. Merci à Christian Thévenin

Continuer la lecture

Utilisation des photographies d’agence dans l’édition touristique : exemple du Mont Saint-Michel

Ce texte est une version complétée de la communication présentée lors du colloque du Lhivic  Si la photo est bonne, jeudi 20 et vendredi 21 octobre 2011, INHA.

En 1909, Antonin Neurdein, membre fondateur de la société Neurdein frères, établissement photographique qui possède « la collection la plus complète de vues de France »1 depuis 1870 et jusqu’à sa vente en 1917 déclare :

« Nos publications nombreuses comprenant 110 000 sujets sont une somme précieuse pour les éditeurs qui trouvent à bon compte un grand nombre d’éléments d’illustration. Nous cédons des droits de reproductions pour une somme relativement importante aux maisons Hachette, Larousse, Delagrave, Colin, Laurens, etc etc qui trouvent à se fournir à bon compte des éléments d’illustration qu’il leur serait impossible de se procurer dans un délai très court et dans ce cas à des prix très élevés. Nous fournissons les vues pour la projection à l’usage de l’enseignement.»2 Continuer la lecture

  1. Publicité de l’entreprise Neurdein frères, vers 1900, coll. part. []
  2. Courrier d’Antonin Neurdein à Jules Roussel, conservateur adjoint du musée des Monuments français, 16 janvier 1909, archives de la Commission des monuments historiques, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. []

Le Marquis de Tombelaine : récits et construction médiatique d’une figure du tourisme au tournant du XXe siècle

En 1879, la Maison Neurdein frères[1] effectue sa première campagne[2] de photographies au Mont Saint-Michel, au moment de la construction de la digue-route qui relie le Mont Saint-Michel à la mer[3]. De nombreuses autres campagnes suivront (au nombre de cinq ou six au moins) qui permettent d’actualiser les vues, en écho avec les modifications que subiront le site dans les trente années qui suivent.

Continuer la lecture