Anatomie d’une entreprise photographique

Valeurs des images et processus d’accumulation pour les Neurdein frères, 1863-1917

Anatomy of a Photographic Company. Image Values and the Accumulation Process for the Neurdein Brothers, 1863-1917

Article paru dans le numéro 8 de la revue Photographica, avril 2024.

Acte de vente par la société Neurdein et Cie à l’Imprimerie Crété (extrait), 5 décembre 1917. Archives départementales de l’Essonne, 2E20/349

Résumé : Dans la continuité d’un travail de thèse, dont l’enjeu était de proposer un déplacement de perspective, des photographies aux entreprises qui les produisent et les diffusent, ce texte explore à partir d’archives les ressorts d’un capitalisme visuel et d’une économie de la photographie en France à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. Partant ici de l’observation et de l’analyse d’un document notarié qui correspond à la vente d’une des plus importantes entreprises photographiques de cette période, Neurdein frères, active pendant plus de cinquante ans (1863-1917), cette étude montre l’importance des pratiques et des politiques industrielles sur la valeur des images elles-mêmes. À une période de mutation du marché de la photographie, dans son usage médiatique notamment, l’influence de « l’incorporel » est central et transparaît à travers la réputation, les dépôts de marque, l’achalandage et les réseaux mais aussi les accords commerciaux mis en place. Mais c’est aussi à travers l’évolution des moyens de production, l’accumulation des collections, véritable capital de l’entreprise, ainsi que dans la gestion et le coût du stock d’images éditées que se cristallise l’évolution des valeurs, créant la richesse mais aussi la perte de l’entreprise.

Lire l’article : https://journals.openedition.org/photographica/2099

50 ans dans l’œil de Libé

Du 7 novembre 2023 au 18 février 2024
Archives nationales – Paris

Manifestation MLF du 8 mars 1975. © Christian Weiss pour Libération

Les Archives nationales accueillent, du 7 novembre 2023 au 18 février 2024, dans la cour d’honneur de l’hôtel de Soubise, l’exposition 50 ans dans l’œil de Libé, alors qu’elles reçoivent le don du fonds photographique du quotidien.
Choisies parmi la foisonnante production du quotidien Libération, qui fête ses cinquante ans en 2023, les photographies exposées donnent une image de l’actualité mondiale de ce demi-siècle, et résonnent dans les mémoires à la fois intimes et collectives. Le parcours suit “le regard de Libé“, en particulier celui des photographes ou des iconographes qui commentent les circonstances et les situations de création et d’émergence de ces images.

Continuer la lecture

Exposition “Nouvelles du Paradis” au musée de la Poste jusqu’au 18 mars 2024

Réalisée en partenariat avec les Archives nationales, l’exposition Nouvelles du paradis propose aux visiteurs plusieurs éclairages sur la carte postale de vacances (historique, sociologique, artistique…) soutenus par une scénographie ludique inspirée des vacances et des codes (photo)graphiques qui leur sont associés.

Photographies : © Thierry Debonnaire, musée de la Poste

Continuer la lecture

Nouvelles du paradis, la carte postale de vacances, éditions LOCO

Depuis la fin du XIXe siècle, la carte postale joue un rôle clef dans la mise en images des territoires. D’abord liée aux migrations volontaires ou forcées, elle s’impose peu à peu comme un rituel vacancier avec l’essor des congés payés et du tourisme de masse. Soumis à une concurrence de plus en plus rude, les éditeurs de cartes se battent pour les meilleurs points de vente, amendant sans cesse leurs collections de vues pour qu’elles coïncident au mieux avec les goûts changeants des consommateurs, quitte à recourir au photomontage…
Nouvelles du paradis aborde les cartes postales sous un angle original et double. En tant qu’objet de correspondance, d’une part, et en tant que produit industriel et éditorialisé d’autre part.
En exhibant ainsi les arcanes de la fabrication de l’imagerie touristique commerciale, au lieu de se contenter d’un commentaire iconographique superficiel, ce livre comble une véritable lacune. Conçu comme un ouvrage de référence, il croise les contributions de disciplines variées (histoire, sociologie, ethnologie, art contemporain) pour fournir un tableau très complet de l’évolution de cet objet populaire en voie de disparition.
De ses lieux d’émergence (tour Eiffel, littoraux…) aux procédés techniques auxquels les éditeurs recourent pour vendre plus, en passant par la sociabilité cartophile des collectionneurs et les nouveaux récits de vacances par l’image à l’heure des réseaux sociaux, la carte postale est abordée sous tous ses aspects.

Marie-Eve Bouillon, Valérie Perlès (dir.), Nouvelles du paradis – la carte postale de vacances – éditions LOCO, Paris, 2023

exposition au musée de la Poste, sous le commissariat de Marie-Eve Bouillon et Valérie Perlès, du 6 septembre 2023 au 18 mars 2024.

Podcast photographique L’oeil écoute, Hemeria, entretien avec Yannick Le Guillanton, juillet 2023

Une déambulation à travers les archives photographiques aux Archives nationales, des arts ménagers, du Monde, des vues aériennes Lapie… et la possibilité d’une histoire engagée grâce aux images dans les archives, au-delà de l’usage illustratif auquel elles sont souvent assignées. Grand merci à Yannick Le Guillanton, à Brigitte Trichet et à Hemeria

Souvenirs de Touraine. Les Neurdein frères et la photographie touristique

Exposition au Cloître de la Psalette, Tours.

Une exposition au cloître de La Psalette du 1er juillet au 15 octobre 2023, qui explore les imaginaires touristiques de la Touraine diffusés par la photographie, des châteaux de la Loire au travail de la vigne, dans un lieu magique.

https://www.cloitre-de-la-psalette.fr/agenda/souvenirs-de-touraine-les-freres-neurdein-et-la-photographie-touristique

Le Mont Saint-Michel, la tour Eiffel, les châteaux de la Loire… À la simple évocation de ces monuments et hauts-lieux du tourisme en France, des images nous viennent à l’esprit, mêlant formes, perspective et impression de familiarité.

La photographie fut très tôt utilisée pour mettre en image les sites touristiques et des entreprises s’y sont spécialisées dès le dernier tiers du XIXe siècle pour bénéficier du commerce lié à l’émergence du voyage d’agrément conséquence du développement des réseaux des routes et chemins de fer.

Neurdein frères (1863-1918) est l’une de ces entreprises parisiennes qui parcourt le territoire, photographie pour les touristes et diffuse aussi plus largement ses vues dans le monde de l’édition et des objets illustrés.

Continuer la lecture

Les arts ménagers au MUCEM

du 7 juillet au 8 octobre 2023

Présentation « Si vous étiez des enfants », élaborée par Pierre Faucheux, dans le cadre de l’exposition de l’habitation. Jean Marquis / Magnum, 1954. Tirages gélatino-argentiques © Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine.

« Plateau volant, motolaveur, purée minute », cette triade fait écho à la célèbre Complainte du progrès (Les Arts ménagers) de Boris Vian, diffusée au Salon des arts ménagers de 1956, et dans laquelle le poète énumère avec humour les appareils plus ou moins fantaisistes qui envahissent le quotidien. Ces objets qui ont véritablement figuré au Salon incarnent l’esprit d’invention et de modernité qui en ont fait sa marque de fabrique. À la croisée des sciences, de l’industrie et de l’esthétique, et au-delà de l’événement commercial, c’est bien une forme de révolution sociale que le Salon a instaurée entre 1923 et 1983.

Pendant soixante ans, le Salon des arts ménagers a accueilli des millions de curieux venus découvrir les nouveautés en termes d’équipement domestique, d’habitat, d’organisation et de confort du foyer. Dès son origine, les innovations présentées sont photographiées dans un but documentaire et publicitaire : des dizaines de milliers de clichés ont ainsi été produits, témoignant de l’importance du visuel dans la construction d’un imaginaire de l’intérieur idéal. La société entière défile au Salon, pour se montrer, pour présenter, pour revendiquer aussi, comme la suffragette et féministe Louise Weiss en 1936, qui, sous forme de performance, y fait la cuisine pour que soit accordé le droit de vote aux femmes.

Grande fête populaire et spectacle de la consommation, le Salon des arts ménagers nous invite à une réflexion sur l’avenir de nos sociétés contemporaines.

Dans le cadre de la célébration des 100 ans du Salon, cette exposition présente des photographies originales issues des fonds des Archives nationales. Ces tirages dialoguent avec des objets des collections du Mucem, en particulier ceux exposés au Salon par son ancêtre, le musée national des Arts et Traditions populaires, entre 1951 et 1959. Ce décalage entre modernité et tradition est ainsi rejoué pour illustrer une époque où les intérieurs domestiques se transforment face au progrès, bouleversement qui conduit les équipes du musée à patrimonialiser une société traditionnelle en train de disparaître.

Quelques objets marquants des innovations technologiques ayant modifié le mode de vie domestique seront également présentés. Des objets liés aux différentes éditions du Salon (brochures, tickets d’entrée, catalogue) ou des caricatures publiées dans la presse de l’époque permettront enfin de plonger dans cette histoire de l’évolution des modes de vie et des goûts, et de mieux comprendre les enjeux sociaux soulevés par le Salon des arts ménagers.

Cette exposition présentée au Mucem est une adaptation de l’exposition « Au Salon des arts ménagers (1923-1983) : plateau volant, motolaveur, purée minute » organisée par les Archives nationales du 5 février au 16 juillet 2022, et dont le commissariat était assuré par Sandrine Bula, conservatrice du patrimoine, responsable de la mission photographie aux Archives nationales, Marie-Ève Bouillon, chargée d’études documentaires à la mission photographie des Archives nationales, et Luce Lebart, historienne de la photographie et commissaire indépendante.


Commissariat :
Marie-Ève Bouillon, chargée d’études documentaires, Mission photographie de la direction des fonds, Archives nationales
Marie-Charlotte Calafat, conservatrice du patrimoine, responsable du département des collections et des ressources documentaires du Mucem
Enguerrand Lascols, conservateur du patrimoine, responsable du pôle vie domestique, Mucem

Scénographie : Yves Morel

Graphisme : Fabien Hahusseau

https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/au-salon-des-arts-menagers

“Pour une histoire transnationale de la carte postale”

Marie-Eve Bouillon, “Pour une histoire transnationale de la carte postale”, dans l’ouvrage dirigé par M. Nachtergaël et A. Reverseau, Un monde en carte postale, Le mot et le reste, 2022.

Depuis Montréal, Marthe envoie le 25 mai 1910 une carte postale photographique de sa ville à M. Baudouin habitant d’une commune de l’Hérault, qui est pour elle un inconnu. La carte représente la Chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours, lieu de pèlerinage mais aussi monument symbole et central de la ville, qui en constitue aussi un des plus anciens témoignages. A cette image religieuse et pieuse, s’adjoint au verso le message de premier contact, empreint de prudence, maladresse et d’attentes :

« Je vous envoie la plus ancienne église de Montréal elle date de 1645 elle est célèbre par les miracles opérés dans cette chapelle, c’est aussi un lieu de pèlerinage. Envoyez les genres que vous préférez… votre goût sera le mien (des vues de votre ville), dites moi vos mœurs, ce que vous faites, êtes-vous marié ou non ? Je ne le suis pas, vous me direz votre âge si ce n’est pas une indiscrétion ah ! Mais c’est que je m’aperçois de toutes ces questions, je vous demande pardon, mais que voulez-vous, c’est le plus gros défaut d’une canadienne. » (Figure 1)

Neurdein frères (éditeurs, imprimeurs), Robert François Eymery (opérateur), Montréal (Canada), Eglise Notre-Dame de Bon-Secours, carte postale imprimée en phototypie, envoyée le 25 mai 1910 de Montréal vers l’Hérault, coll. part.

Les cartes postales circulent intensément au début du siècle, portant au-delà du simple message, des pratiques culturelles, modes de vie ou manières d’être d’un continent à l’autre, conjuguant l’écrit et le récit par l’image. La carte postale est donc aussi véhicule d’usages sociaux propres, hérités ou réadaptés au format, d’un continent à l’autre : ici, avec Marthe et Monsieur Baudouin, elle est un mode de rencontre entre deux personnes étrangères, qui se découvrent, se décrivent, s’approchent, tâtent le terrain et au fur et à mesure de leur correspondance imagée, développent des liens sensibles. La carte postale permet le développement de réseaux de relations, de connivence à grande distance, qui influent nécessairement sur les pratiques quotidiennes et les perceptions locales du lointain. Ces échanges culturels et échanges d’impressions d’un continent à l’autre et leurs effets, sont un des pans d’une histoire transnationale de la carte postale qu’il reste à écrire et à inscrire dans le champ de la deltiologie, caractérisée par l’opération conjointe d’étude et de collection de ces supports.
Une des étapes préliminaires à cette histoire est la connaissance approfondie des circuits invisibles réalisés en amont de la production de l’objet carte postale. Ceux-ci sont perceptibles à l’aune d’une connaissance approfondie des éditeurs, imprimeurs ou encore photographes qui en sont à l’origine ainsi que de leur mode de fonctionnement et de leur histoire culturelle et sociale. Ce que l’on appelle « les producteurs »1 de ces images circulantes, peuvent en être à la fois les commanditaires, les financeurs, les opérateurs ou photographes, qui ont élaboré la prise de vue, les éditeurs, qui ont pensé ces objets dans leur matérialité, en lien avec ses futurs usages, ou encore les distributeurs ou diffuseurs, qui ont fait le choix d’en faire commerce et de les répartir dans l’espace public.
Ces échanges sont les conditions de possibilité et d’existence de ces cartes postales. C’est une histoire principalement économique et industrielle mais aussi culturelle, de réseaux de connaissance, de marché et de paris commerciaux, qui progressivement dessinent des tendances visuelles qui s’imposent au grand public du début du XXe siècle et forgent une véritable culture visuelle de la carte postale.

Continuer la lecture
  1. Pour une définition du terme « Producteurs de photographies », voir le numéro 4 de la revue Photographica, dossier sous la direction de Marie-Eve Bouillon et Laureline Meizel, https://devisu.inha.fr/photographica/350 []

Collections et sélections : quels gestes pour la production industrielle et l’appropriation singulière des cartes postales entre 1889 et 1918 ?

Intervention dans le cadre du Séminaire “Gestes d’images”, dirigé par Marine Kiesel

15 avril 2021

La constitution et l’enrichissement par les éditeurs-photographes d’une collection, ensemble de matrices nécessaires à la production de tirages et d’objets photographiques exploitables sur la durée, traduit une ère industrielle de la production photographique dès les années 1860. Elle s’accompagne d’une stratégie d’entreprise basée sur la rentabilité des images portée par le développement du tourisme en France. Or, au tournant du siècle, ces entreprises réorganisent ces ensembles, retranchant à leur catalogue, mais intégrant aussi de nouvelles thématiques. Ces opérations correspondent à une évolution des pratiques culturelles liées à l’image sur support carte postale, elle-même collectée et collectionnée. Elles favorisent une appropriation des sujets par le public qui peut individualiser son rapport à l’image.

https://www.canal-u.tv/chaines/invisu/gestes-d-images-3-compiler-accumuler

Vidéo à partir de 1h18.

 

Recensions de l’ouvrage “Plateau volant, motolaveur, purée minute. Au Salon des arts ménagers”, 1923-1983, CNRS éditions, 2022.

  • Gil Bartholeyns, Photographica, 6 | 2023, 243-244.

https://devisu.inha.fr/photographica/1224

  • Michèle Descolonges, Écologie et politique, n°65, 2022/2, p.190-192.

https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique-2022-2-page-190.htm

  • Valentin Denis, Esprit, n°490, octobre 2022

https://esprit.presse.fr/actualite-des-livres/valentin-denis/plateau-volant-motolaveur-puree-minute-au-salon-des-arts-menagers-1923-1983-de-marie-eve-bouillon-et-sandrine-bula-44281

https://www.cairn.info/revue-esprit-2022-10-page-116.htm?contenu=article

  • Entreprises et histoire, n°106, 2022/1, p.179

https://www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2022-1-page-179.htm

Photographica n°5 : compte rendu de l’ouvrage “On Alinari : Archive in transition” Costanza Caraffa (ed.)

Marie-Ève Bouillon, « Caraffa, Costanza. 2021 (ed.). On Alinari : Archive in Transition », Photographica, 5 | 2022, 195-196.

“Alors que l’importante entreprise photographique Alinari, basée historiquement à Florence, fêtait ses 150 ans en 2002, c’est en décembre 2019 à la suite d’un long processus de négociation qu’elle fermait définitivement ses portes, ses archives et collections étant vendues et transférées à la région de Toscane pour former, le 16 juillet 2020, le cœur d’une nouvelle fondation Alinari pour la photographie créée en pleine pandémie de Covid-19. L’ouvrage On Alinari : Archive in Transition est le récit de ce transfert d’un patrimoine privé vers le public, transfert à la fois matériel, symbolique et mémoriel, alors que se profile un véritable changement sémantique de ces archives photographiques, jusque-là majoritairement exploitées commercialement.

Continuer la lecture

Electrobonne et Cie, Objets, genre, images au Salon des arts ménagers

Dans le contexte de l’exposition “Au salon des arts ménagers, 1923-1983”, une journée d’étude a été organisée le 23 juin 2022, qui a permis de prolonger certains thèmes abordés dans l’exposition, mais également d’explorer certains sujets, comme le design ménager, et de les mettre en perspective avec la création actuelle.

Continuer la lecture

La méNAgère apprivoisée, 8 mars 1975 au Salon des arts ménagers

La MéNAgère apprivoisée, manifestation du MLAC-MLF le 8 mars 1975, photographie : Martine, Archives nationales, 19850024/113/1

En partie déchirée, de fabrication « artisanale », collée au ruban adhésif sur un panneau publicitaire pour le gaz, cette affiche est photographiée « en contexte », celui d’une contestation, sans doute dans le bref instant séparant le moment de son exhibition de celui de son arrachement, prélude à son inéluctable disparition, comme objet d’opinion éphémère.
L’acte photographique remplace ici l’affiche elle-même, et devient acte d’archivage matérialisé par un tirage collé en album, daté du 8 mars 1975, avec comme seule légende « Manifestation du MLAC » (MLAC étant le Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception) conservé dans le fonds du Commissariat général du Salon des arts ménagers aux Archives nationales.

Continuer la lecture

Au Salon des arts ménagers (1923-1983), Plateau volant, motolaveur, purée minute…

Exposition aux Archives nationales du 5 février au 30 juillet 2022


Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine
59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine

Commissariat scientifique : Marie-Eve Bouillon, Sandrine Bula (Archives nationales) et Luce Lebart, historienne de la photographie.

Affiche de l'exposition Au Salon des Arts ménagers

« Des pelles à gâteau, des draps qui chauffent, un atomixer… etc. » : ainsi que l’évoquait avec humour et dérision la Chanson « La complainte du progrès » de Boris Vian, les Arts ménagers ont envahi et transformé la vie quotidienne occidentale au XXe siècle. Le succès immense du Salon des Arts ménagers tout comme la modernité dernier cri qu’il incarnait sont aujourd’hui complétement relégués aux oubliettes.
Pourtant, pendant soixante ans, des milliers de curieux l’ont fréquenté, industriels et politiques, femmes et hommes de tout âge, venus en pèlerinage annuel à Paris depuis toutes les régions de France. La société entière s’y rend pour voir ou pour y présenter des nouveautés mais aussi pour revendiquer, telle la suffragette et féministe Louise Weiss en 1936, qui, sous forme de performance, y fait ironiquement la cuisine pour que soit accordé le droit de vote aux femmes.

Evénement hautement populaire, le Salon est aussi un grand moment médiatique. En 1947, la première photographie jamais publiée dans le quotidien Le Monde est d’ailleurs une image du fameux Salon ! Dès son origine, en 1923, les innovations du Salon sont systématiquement photographiées dans un but documentaire, mais aussi publicitaire : depuis la machine à laver séchante dernier cri jusqu’au bidet en passant par le ramasse miettes, le matelas chauffant et la « maison tout en plastique ». Mises en scène dans les allées des Salons, ces nouvelles stars de la vie quotidienne sont les acteurs muets d’un grand spectacle en construction : celui de la société de consommation et du rêve d’un idéal domestique.

C’est ce que nous racontent les dizaines de milliers de photographies produites pour le Salon des Arts ménagers, dont celles de photographes renommés comme François Kollar. Elles témoignent de la splendeur comme de la décadence du rêve ménager. Appareils, ustensiles et intérieurs, publicité, enseignes et logos se transforment au fil des années et font du Salon un lieu de fantasme et d’utopie, la modernité esthétique faisant écho à la modernité domestique. À la croisée des sciences et de l’industrie, l’histoire des Salons des Arts ménagers est résolument traversée par celle du design. Mais au-delà de l’événement commercial et du simple équipement, c’est bien une forme de révolution sociale des pratiques du quotidien que le Salon instaure.

Continuer la lecture