“Pour une histoire transnationale de la carte postale”

Marie-Eve Bouillon, “Pour une histoire transnationale de la carte postale”, dans l’ouvrage dirigé par M. Nachtergaël et A. Reverseau, Un monde en carte postale, Le mot et le reste, 2022.

Depuis Montréal, Marthe envoie le 25 mai 1910 une carte postale photographique de sa ville à M. Baudouin habitant d’une commune de l’Hérault, qui est pour elle un inconnu. La carte représente la Chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours, lieu de pèlerinage mais aussi monument symbole et central de la ville, qui en constitue aussi un des plus anciens témoignages. A cette image religieuse et pieuse, s’adjoint au verso le message de premier contact, empreint de prudence, maladresse et d’attentes :

« Je vous envoie la plus ancienne église de Montréal elle date de 1645 elle est célèbre par les miracles opérés dans cette chapelle, c’est aussi un lieu de pèlerinage. Envoyez les genres que vous préférez… votre goût sera le mien (des vues de votre ville), dites moi vos mœurs, ce que vous faites, êtes-vous marié ou non ? Je ne le suis pas, vous me direz votre âge si ce n’est pas une indiscrétion ah ! Mais c’est que je m’aperçois de toutes ces questions, je vous demande pardon, mais que voulez-vous, c’est le plus gros défaut d’une canadienne. » (Figure 1)

Neurdein frères (éditeurs, imprimeurs), Robert François Eymery (opérateur), Montréal (Canada), Eglise Notre-Dame de Bon-Secours, carte postale imprimée en phototypie, envoyée le 25 mai 1910 de Montréal vers l’Hérault, coll. part.

Les cartes postales circulent intensément au début du siècle, portant au-delà du simple message, des pratiques culturelles, modes de vie ou manières d’être d’un continent à l’autre, conjuguant l’écrit et le récit par l’image. La carte postale est donc aussi véhicule d’usages sociaux propres, hérités ou réadaptés au format, d’un continent à l’autre : ici, avec Marthe et Monsieur Baudouin, elle est un mode de rencontre entre deux personnes étrangères, qui se découvrent, se décrivent, s’approchent, tâtent le terrain et au fur et à mesure de leur correspondance imagée, développent des liens sensibles. La carte postale permet le développement de réseaux de relations, de connivence à grande distance, qui influent nécessairement sur les pratiques quotidiennes et les perceptions locales du lointain. Ces échanges culturels et échanges d’impressions d’un continent à l’autre et leurs effets, sont un des pans d’une histoire transnationale de la carte postale qu’il reste à écrire et à inscrire dans le champ de la deltiologie, caractérisée par l’opération conjointe d’étude et de collection de ces supports.
Une des étapes préliminaires à cette histoire est la connaissance approfondie des circuits invisibles réalisés en amont de la production de l’objet carte postale. Ceux-ci sont perceptibles à l’aune d’une connaissance approfondie des éditeurs, imprimeurs ou encore photographes qui en sont à l’origine ainsi que de leur mode de fonctionnement et de leur histoire culturelle et sociale. Ce que l’on appelle « les producteurs »1 de ces images circulantes, peuvent en être à la fois les commanditaires, les financeurs, les opérateurs ou photographes, qui ont élaboré la prise de vue, les éditeurs, qui ont pensé ces objets dans leur matérialité, en lien avec ses futurs usages, ou encore les distributeurs ou diffuseurs, qui ont fait le choix d’en faire commerce et de les répartir dans l’espace public.
Ces échanges sont les conditions de possibilité et d’existence de ces cartes postales. C’est une histoire principalement économique et industrielle mais aussi culturelle, de réseaux de connaissance, de marché et de paris commerciaux, qui progressivement dessinent des tendances visuelles qui s’imposent au grand public du début du XXe siècle et forgent une véritable culture visuelle de la carte postale.

Continuer la lecture
  1. Pour une définition du terme « Producteurs de photographies », voir le numéro 4 de la revue Photographica, dossier sous la direction de Marie-Eve Bouillon et Laureline Meizel, https://devisu.inha.fr/photographica/350 []

Collections et sélections : quels gestes pour la production industrielle et l’appropriation singulière des cartes postales entre 1889 et 1918 ?

Intervention dans le cadre du Séminaire “Gestes d’images”, dirigé par Marine Kiesel

15 avril 2021

La constitution et l’enrichissement par les éditeurs-photographes d’une collection, ensemble de matrices nécessaires à la production de tirages et d’objets photographiques exploitables sur la durée, traduit une ère industrielle de la production photographique dès les années 1860. Elle s’accompagne d’une stratégie d’entreprise basée sur la rentabilité des images portée par le développement du tourisme en France. Or, au tournant du siècle, ces entreprises réorganisent ces ensembles, retranchant à leur catalogue, mais intégrant aussi de nouvelles thématiques. Ces opérations correspondent à une évolution des pratiques culturelles liées à l’image sur support carte postale, elle-même collectée et collectionnée. Elles favorisent une appropriation des sujets par le public qui peut individualiser son rapport à l’image.

https://www.canal-u.tv/chaines/invisu/gestes-d-images-3-compiler-accumuler

Vidéo à partir de 1h18.

 

Recensions de l’ouvrage “Plateau volant, motolaveur, purée minute. Au Salon des arts ménagers”, 1923-1983, CNRS éditions, 2022.

  • Gil Bartholeyns, Photographica, 6 | 2023, 243-244.

https://devisu.inha.fr/photographica/1224

  • Michèle Descolonges, Écologie et politique, n°65, 2022/2, p.190-192.

https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique-2022-2-page-190.htm

  • Valentin Denis, Esprit, n°490, octobre 2022

https://esprit.presse.fr/actualite-des-livres/valentin-denis/plateau-volant-motolaveur-puree-minute-au-salon-des-arts-menagers-1923-1983-de-marie-eve-bouillon-et-sandrine-bula-44281

https://www.cairn.info/revue-esprit-2022-10-page-116.htm?contenu=article

  • Entreprises et histoire, n°106, 2022/1, p.179

https://www.cairn.info/revue-entreprises-et-histoire-2022-1-page-179.htm