Derrière l’image : pour une histoire sociale et culturelle des producteurs de photographies

Numéro 4 de la revue Photographica, éditions de la Sorbonne, 2022.

https://devisu.inha.fr/photographica/docannexe/image/719/img-2.jpg
Vue stéréoscopique tirée sur papier albuminé, montée sur carte, 8,5 × 17 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, EK-5 (RAUDNITZ, JULES) © Bibliothèque nationale de France.

Dossier édité par Laureline Meizel et Marie-Eve Bouillon

“Une photographie est produite par un photographe. Apparemment, rien de plus évident qu’une telle affirmation : un œil, un appareil, une image, passant elle-même de main en main, circulant, presque autonome, de support en support, gagnant en notoriété, avant éventuellement de devenir icône, grâce à la pertinence de l’œil qui en est à l’origine. Naturalisant le rapport d’un individu à une audience par l’entremise de l’image photographique1, ce récit a été construit de longue date, par exemple au sein de la coopérative Magnum, dans le sillage des revendications auctoriales des photoreporters après la Seconde Guerre mondiale2. À leur suite, une grande partie de l’histoire de la photographie a été écrite au prisme de la figure de l’auteur, dans le contexte de l’institutionnalisation et de la patrimonialisation du medium3. Et pourtant, pour qu’une image photographique existe dans l’espace public, pour qu’elle soit soumise au regard et à l’intellection, qu’elle fasse l’objet d’une consommation et qu’elle intègre le fonds commun des représentations par sa mise en circulation et son appropriation, l’intervention d’une multitude d’actrices et d’acteurs est nécessaire.(…)” (extrait de l’introduction)

Continuer la lecture