Photographica n°5 : compte rendu de l’ouvrage “On Alinari : Archive in transition” Costanza Caraffa (ed.)

Marie-Ève Bouillon, « Caraffa, Costanza. 2021 (ed.). On Alinari : Archive in Transition », Photographica, 5 | 2022, 195-196.

“Alors que l’importante entreprise photographique Alinari, basée historiquement à Florence, fêtait ses 150 ans en 2002, c’est en décembre 2019 à la suite d’un long processus de négociation qu’elle fermait définitivement ses portes, ses archives et collections étant vendues et transférées à la région de Toscane pour former, le 16 juillet 2020, le cœur d’une nouvelle fondation Alinari pour la photographie créée en pleine pandémie de Covid-19. L’ouvrage On Alinari : Archive in Transition est le récit de ce transfert d’un patrimoine privé vers le public, transfert à la fois matériel, symbolique et mémoriel, alors que se profile un véritable changement sémantique de ces archives photographiques, jusque-là majoritairement exploitées commercialement.

Connue mondialement, véritable légende nationale, l’entreprise Alinari n’a pas seulement produit, accumulé et diffusé nombre de photographies – près de cinq millions –, d’œuvres d’art et de vues de villes dès le milieu du xixe siècle. Elle a aussi construit un imaginaire de l’Italie, voire son identité touristique internationale, à travers une très large circulation de ses images et une mise en réseau avec d’autres entreprises photographiques du même type. Ce réseau commercial très actif dès le dernier tiers du xixe siècle comprend outre Alinari, Jean Laurent de Madrid, ou encore Neurdein de Paris, Rhomaides d’Athènes, Wilson d’Aberdeen, Tamme de Dresde, etc1. Des publications comme celle de Monique Le Pelley Fonteny sur la maison Giraudon, ou celle plus récente d’Ulrich Pohlmann et Paul Mellenthin sur Adolphe Braun, mettent en valeur ce phénomène industriel mondial2. Mais ce On Alinari ne reprend pas le récit d’une épopée entrepreneuriale et de ses années fastes, ni son histoire – établie par ailleurs par des générations d’historiens italiens3. Il entre plutôt dans le vif de l’activité de l’entreprise, tout particulièrement son dernier acte, historique à plus d’un titre, mettant en scène des individus, des lieux et des archives.”

lire la suite : https://devisu.inha.fr/photographica/957

Electrobonne et Cie, Objets, genre, images au Salon des arts ménagers

Dans le contexte de l’exposition “Au salon des arts ménagers, 1923-1983”, une journée d’étude a été organisée le 23 juin 2022, qui a permis de prolonger certains thèmes abordés dans l’exposition, mais également d’explorer certains sujets, comme le design ménager, et de les mettre en perspective avec la création actuelle.

Continuer la lecture

La méNAgère apprivoisée, 8 mars 1975 au Salon des arts ménagers

La MéNAgère apprivoisée, manifestation du MLAC-MLF le 8 mars 1975, photographie : Martine, Archives nationales, 19850024/113/1

En partie déchirée, de fabrication « artisanale », collée au ruban adhésif sur un panneau publicitaire pour le gaz, cette affiche est photographiée « en contexte », celui d’une contestation, sans doute dans le bref instant séparant le moment de son exhibition de celui de son arrachement, prélude à son inéluctable disparition, comme objet d’opinion éphémère.
L’acte photographique remplace ici l’affiche elle-même, et devient acte d’archivage matérialisé par un tirage collé en album, daté du 8 mars 1975, avec comme seule légende « Manifestation du MLAC » (MLAC étant le Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception) conservé dans le fonds du Commissariat général du Salon des arts ménagers aux Archives nationales.

Continuer la lecture

Au Salon des arts ménagers (1923-1983), Plateau volant, motolaveur, purée minute…

Exposition aux Archives nationales du 5 février au 30 juillet 2022


Archives nationales – site de Pierrefitte-sur-Seine
59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine

Commissariat scientifique : Marie-Eve Bouillon, Sandrine Bula (Archives nationales) et Luce Lebart, historienne de la photographie.

Affiche de l'exposition Au Salon des Arts ménagers

« Des pelles à gâteau, des draps qui chauffent, un atomixer… etc. » : ainsi que l’évoquait avec humour et dérision la Chanson « La complainte du progrès » de Boris Vian, les Arts ménagers ont envahi et transformé la vie quotidienne occidentale au XXe siècle. Le succès immense du Salon des Arts ménagers tout comme la modernité dernier cri qu’il incarnait sont aujourd’hui complétement relégués aux oubliettes.
Pourtant, pendant soixante ans, des milliers de curieux l’ont fréquenté, industriels et politiques, femmes et hommes de tout âge, venus en pèlerinage annuel à Paris depuis toutes les régions de France. La société entière s’y rend pour voir ou pour y présenter des nouveautés mais aussi pour revendiquer, telle la suffragette et féministe Louise Weiss en 1936, qui, sous forme de performance, y fait ironiquement la cuisine pour que soit accordé le droit de vote aux femmes.

Evénement hautement populaire, le Salon est aussi un grand moment médiatique. En 1947, la première photographie jamais publiée dans le quotidien Le Monde est d’ailleurs une image du fameux Salon ! Dès son origine, en 1923, les innovations du Salon sont systématiquement photographiées dans un but documentaire, mais aussi publicitaire : depuis la machine à laver séchante dernier cri jusqu’au bidet en passant par le ramasse miettes, le matelas chauffant et la « maison tout en plastique ». Mises en scène dans les allées des Salons, ces nouvelles stars de la vie quotidienne sont les acteurs muets d’un grand spectacle en construction : celui de la société de consommation et du rêve d’un idéal domestique.

C’est ce que nous racontent les dizaines de milliers de photographies produites pour le Salon des Arts ménagers, dont celles de photographes renommés comme François Kollar. Elles témoignent de la splendeur comme de la décadence du rêve ménager. Appareils, ustensiles et intérieurs, publicité, enseignes et logos se transforment au fil des années et font du Salon un lieu de fantasme et d’utopie, la modernité esthétique faisant écho à la modernité domestique. À la croisée des sciences et de l’industrie, l’histoire des Salons des Arts ménagers est résolument traversée par celle du design. Mais au-delà de l’événement commercial et du simple équipement, c’est bien une forme de révolution sociale des pratiques du quotidien que le Salon instaure.

Continuer la lecture

Derrière l’image : pour une histoire sociale et culturelle des producteurs de photographies

Numéro 4 de la revue Photographica, éditions de la Sorbonne, 2022.

https://devisu.inha.fr/photographica/docannexe/image/719/img-2.jpg
Vue stéréoscopique tirée sur papier albuminé, montée sur carte, 8,5 × 17 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, EK-5 (RAUDNITZ, JULES) © Bibliothèque nationale de France.

Dossier édité par Laureline Meizel et Marie-Eve Bouillon

“Une photographie est produite par un photographe. Apparemment, rien de plus évident qu’une telle affirmation : un œil, un appareil, une image, passant elle-même de main en main, circulant, presque autonome, de support en support, gagnant en notoriété, avant éventuellement de devenir icône, grâce à la pertinence de l’œil qui en est à l’origine. Naturalisant le rapport d’un individu à une audience par l’entremise de l’image photographique1, ce récit a été construit de longue date, par exemple au sein de la coopérative Magnum, dans le sillage des revendications auctoriales des photoreporters après la Seconde Guerre mondiale2. À leur suite, une grande partie de l’histoire de la photographie a été écrite au prisme de la figure de l’auteur, dans le contexte de l’institutionnalisation et de la patrimonialisation du medium3. Et pourtant, pour qu’une image photographique existe dans l’espace public, pour qu’elle soit soumise au regard et à l’intellection, qu’elle fasse l’objet d’une consommation et qu’elle intègre le fonds commun des représentations par sa mise en circulation et son appropriation, l’intervention d’une multitude d’actrices et d’acteurs est nécessaire.(…)” (extrait de l’introduction)

Continuer la lecture

Cartes postales illustrées en guerre (1914-1918)

Cet ouvrage passionnant et expert sur la carte postale pendant la Première guerre mondiale et notamment sur ses producteurs, ses usagers, ses formes, ses effets… est réalisé sous la direction de Bertrand Tillier. Il est richement illustré et magnifiquement édité : il paraît aux éditions du CNRS le 20 octobre 2021.

J’y propose un article intitulé “Les entrepreneurs de la carte postale illustrée en guerre. Permanences et reconfigurations”, où j’aborde les instabilités du marché de la carte postale à la veille de la première guerre, les adaptations des acteurs et des réseaux à la situation de guerre, ainsi que les difficultés rencontrées par les éditeurs de cartes postales face à une économie de la gratuité et aux impératifs de solidarité.

Le Panorama ou la circulation d’images modèles de France en 1895

Article paru dans la revue Image and narrative, vol. 22, n°2, 2021.

Carte postale du Havre en couverture, image emblématique de La jetée (Marée de nuit), reprise sur tous les supports touristiques édités par Neurdein, avec “effet de lune” et traitement du ciel et de la lumière nocturne artificiels:

Cet article traite de la notion de Panorama dans l’industrie de la photographie à la fin du XIXe siècle et des fascicules bon marchés qui ont vu le jour à partir de cette exploitation de l’image. Ils sont l’objet d’accords commerciaux entre agences et éditeurs de livres imagés (Neurdein et Baschet en l’occurence)

Résumé :

Sur le modèle éditorial du Portfolio, Le Panorama Merveilles de France, hebdomadaire commercialisé quelques mois en 1895, propose aux lecteurs de journaux et de romans populaires, des vues photographiques imprimées en grand format de villes et sites réputés pour leur attractivité touristique, avec, en pages centrales, la reproduction d’un panorama photographique. La nouveauté tient à son coût particulièrement bon marché et son important tirage. Le Panorama doit aussi son existence à la disponibilité des images photographiques et donc à la collaboration d’une entreprise spécialisée de l’image photographique, Neurdein frères, avec un éditeur engagé dans l’illustration, René Baschet. Créées pour circuler, les images commercialisées par l’entreprise Neurdein obéissent à certains critères de représentation et deviennent presque des normes : omniprésentes et standardisées, elles participent à la formation d’une identité touristique des sites.

A lire ici : https://www.academia.edu/49522607/Le_Panorama_ou_la_circulation_dimagesmod%C3%A8les_de_France_en_1895

et ici : http://www.imageandnarrative.be/index.php/imagenarrative/article/view/2710

Pour une histoire transnationale de la carte postale

De Marthe et Monsieur Baudouin, qui entre Montréal et l’Hérault se découvrent , se décrivent, s’approchent, tâtent le terrain et au fur et à mesure de leur correspondance imagée développent des liens sensibles … jusqu’au tour du monde de cartes postales en 70 jours.

Pour une histoire transnationale de la carte postale, intervention à l’Institut pour la photographie de Lille dans le cadre du colloque “Circulation des cartes postales dans la culture visuelle et littéraire”, le 10 mai 2021, organisé par Magali Nachtergael et Anne Reverseau.

Appel à contributions – Photographica n°4 – Derrière l’image (XIXe-XXIe siècles)


Derrière l’image.
Pour une histoire sociale et culturelle des producteurs de photographies (XIXe-XXIe siècles)

Date de soumission des articles : 30 avril 2021

Dossier dirigé par
Marie-Ève Bouillon et Laureline Meizel

télécharger le pdf en version française et anglaise (english version p.8)

https://devisu.inha.fr/photographica/325

Ernest Le Deley (ELD), Grand comptoir de la carte postale illustrée (bureau du directeur), vers 1900, coll. part.

 

Dans quelle mesure la signification d’une photographie dépend-elle de l’expérience sociale, des contingences industrielles, de l’environnement professionnel ou de la culture des acteurs qui la produisent ?

En explorant ce questionnement, cet appel prolonge les discussions amorcées lors d’un séminaire à l’EHESS en 2018-2020[i]. Il vise à rassembler des textes consacrés aux trajectoires et aux collaborations des multiples acteurs qui participent à la production des photographies, et contribuent dans le même temps à façonner leurs modalités d’existence dans l’espace social. Cet appel s’inscrit ainsi dans la dynamique impulsée par de récents travaux, d’un côté ceux mettant l’accent sur des métiers ou des entreprises de la photographie auparavant méconnus ou minorés par l’historiographie (Blaschke, 2016 ; Callens, 2016 ; Bouillon, 2017 ; Lugon, 2019 ; Bihl et Dogué, 2020) et, de l’autre, ceux qui soulignent l’influence des réseaux de coopération sur la « vie “publique” des photographies[ii] » (Leblanc, 2015 ; Grossi, 2018 ; Bair, 2020[iii]).
Continuer la lecture

La carte postale dans le Magasin du Monde / S. Venayre et P. Singaravélou (dir.)

A l’invitation de Sylvain Venayre et Pierre Singaravélou, la carte postale entre dans le Magasin du monde, et constitue une des 90 contributions de cet ouvrage passionnant dont le point de vue original aborde l’histoire de la mondialisation par le biais des objets.

Ce texte sur la carte postale, objet en circulation par essence, constitue la première étape d’une recherche plus conséquente qui souhaite mettre en lien, à l’échelle mondiale, l’édition, la production, la dissémination et l’appropriation de cet objet imagé populaire et qui cherche à analyser ses jeux de rebonds et effets culturels sur les imaginaires. Une histoire transnationale de la carte postale reste à entreprendre, de sa conception à sa circulation et aux imaginaires qu’elle inspire.

Marie-Eve Bouillon, “La carte postale”, dans Pierre Singaravélou, Sylvain Venayre (dir.), Le magasin du Monde, la mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Fayard, 2020, p.232-236.

https://www.fayard.fr/histoire/le-magasin-du-monde-9782213716787

 

Exposition Greetings from America, la carte postale américaine, 1900-1940

Institut pour la photographie, Lille, 12 octobre au 15 décembre 2019

J’ai eu le plaisir d’être invitée par l’Institut pour la photographie de Lille, pour assurer le co-commissariat de l’exposition Greetings from America, la carte postale américaine, 1900-1940, aux côtés de Carine Peltier-Caroff. Cette exposition était proposée dans le cadre de la programmation “Extra-ordinaire” conçue par Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la photographie : https://www.institut-photo.com/event/anarchy-in-the-uk/

La carte postale est “une des conséquences de la vie à la vapeur” comme l’exclame un journaliste du Figaro illustré en 1904. Avec un message bref, à découvert, et l’adresse du destinataire, elle devient un mode de correspondance synthétique et bon marché dès les années 1870. Sa forme se codifie peu à peu dans le monde entier, les industriels de l’image s’en emparent, ses usages se précisent.

Continuer la lecture

Séminaire de recherche : Photographie, édition, presse. Pour une histoire culturelle des producteurs d’images (XIXe-XXIe siècles), 2019-2020, EHESS

Marie-Ève Bouillon, chercheuse associée au CEHTA (EHESS, CRAL-CEHTA)
André Gunthert, maître de conférences de l’EHESS (CRAL-CEHTA)
Laureline Meizel, chercheuse associée à l’EA 4100-HiCSA (Paris 1)

Pour la deuxième année consécutive, le séminaire s’attache à explorer le champ de recherche dynamique qui consiste à appréhender l’histoire de la photographie par le biais des producteurs d’images, qu’ils participent à leur conception, à leur fabrication, à leur financement et/ou à leur diffusion. En articulant l’analyse de la dimension économique, sociale et culturelle de ces acteurs avec l’étude des objets produits, cette approche vise à saisir leur inscription dans l’industrie culturelle. Continuer la lecture

Éditeurs photographes et collaborations institutionnelles au tournant du xxe siècle : l’exemple des Archives nationales

Intervention avec Sylvie Le Goëdec, lors du Colloque “Être éditeur en France au XIXe siècle” (4-5 avril 2019), ANR DEF19

 

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, au sein d’un nouveau type d’entreprise émergente, à la fois photographes à une échelle industrielle et véritables “maisons d’édition de l’image”, se créé un modèle entrepreneurial de production et diffusion d’une imagerie progressivement standardisée, destinée à être « consommée » par le plus grand nombre et dans le plus de contextes possibles. Ces éditeurs-photographes renouvellent leurs propositions pour susciter objets et modes de consommation nouveaux, ce dont la carte postale est l’incarnation. Tout comme la maison d’édition supplante l’éditeur, l’entreprise d’édition-photographie-imprimerie supplante le photographe comme modèle économique, en particulier dans les tendances expansives de son commerce.

La société Neurdein frères, active entre 1863 et 1918, est un exemple caractéristique de cet élan entrepreneurial basé sur la photographie, parmi d’autres établissements comme Braun ou Bulloz en France. En quête de nouveaux marchés et de légitimité, ces entreprises s’engagent dans une dynamique éditoriale, notamment avec les institutions culturelles, parallèlement à leurs activités d’agence d’illustration, de photographe et d’imprimeur. Les ouvrages illustrés édités par l’entreprise Neurdein, peuvent révéler des collaborations aux contours différents. L’Histoire de France par le document, par exemple, est basé sur la reproduction de pièces originales tirées des collections des Archives Nationales et accompagnées de notices par l’un de ses conservateurs.

Cette série ambitieuse, qui ne compte que les deux premiers numéros, bénéficie d’un rendu photographique professionnel, tout en étant présentée comme un modèle de publication de vulgarisation. La communication s’attachera à clarifier ce rôle d’éditeur et ce rapport constant et presque vital avec les institutions. Comme une forme de caution, le travail d’édition en commun permet de présenter une production commerciale comme digne d’un intérêt culturel et probablement pédagogique. Cette étude circonstanciée interrogera donc les interactions entre la stratégie commerciale offensive des Neurdein qui les incite à intégrer de nouveaux espaces professionnels et la réponse institutionnelle. Au-delà, elle permettra d’interroger le champ de l’édition patrimoniale à un tournant de l’ère reprographique qui touche aussi le livre illustré. Continuer la lecture

Séminaire de recherche “Photographie, édition, presse : histoire culturelle des producteurs d’images”, 2018-2019, EHESS/CEHTA

Le séminaire de recherche “Photographie, édition, presse: histoire culturelle des producteurs d’images”, que j’anime avec Audrey Leblanc et André Gunthert au CEHTA – Centre d’histoire et de théorie des Arts/EHESS se tient à 17h, salle du Cehta à l’INHA du 12 décembre 2018 au 12 juin 2019.

Continuer la lecture

Naissance de l’industrie photographique. Les Neurdein, éditeurs d’imaginaires (1863-1918), thèse de doctorat, EHESS, 2017

Marie-Eve Bouillon “Naissance de l’industrie photographique. Les Neurdein, éditeurs d’imaginaires (1863-1918), thèse de doctorat en histoire sous la direction de Christophe Prochasson et André Gunthert, EHESS, 2017.

Cette thèse a été récompensée d’une mention spéciale du jury du prix de thèse PSL-SHS 2018 dans la catégorie “Sciences sociales” : https://www.psl.eu/actualites/les-laureats-du-premier-prix-de-these-shs-psl

Texte de soutenance, 4 octobre 2017 :

“Cher(e) président(e), chers membres du jury, chers auditeurs et auditrices, qui me faites l’amitié de votre présence,

Le travail que je vous présente aujourd’hui sous l’intitulé Naissance de l’industrie photographique. Les Neurdein, éditeurs d’imaginaires, 1863-1918, est l’aboutissement d’un long cheminement. Son contenu comme son approche ont été rendus possibles par la rencontre de mon expérience professionnelle et de mon parcours académique, à la croisée de plusieurs histoires : l’histoire, l’histoire de l’art, l’histoire de la photographie et l’ethnographie française. Continuer la lecture