Exposition Greetings from America, la carte postale américaine, 1900-1940

Institut pour la photographie, Lille, 12 octobre au 15 décembre 2019

J’ai eu le plaisir d’être invitée par l’Institut pour la photographie de Lille, pour assurer le co-commissariat de l’exposition Greetings from America, la carte postale américaine, 1900-1940, aux côtés de Carine Peltier-Caroff. Cette exposition était proposée dans le cadre de la programmation “Extra-ordinaire” conçue par Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la photographie : https://www.institut-photo.com/event/anarchy-in-the-uk/

La carte postale est “une des conséquences de la vie à la vapeur” comme l’exclame un journaliste du Figaro illustré en 1904. Avec un message bref, à découvert, et l’adresse du destinataire, elle devient un mode de correspondance synthétique et bon marché dès les années 1870. Sa forme se codifie peu à peu dans le monde entier, les industriels de l’image s’en emparent, ses usages se précisent.

Comme objet du souvenir populaire ou image collectée et collectionnée, la pratique de la carte postale illustrée se répand rapidement et presque simultanément dans les années 1890 en Amérique du Nord et en France. Alors qu’en France, le succès commercial des cartes postales illustrées est lancé à l’été 1889 sur la tour Eiffel, pendant l’exposition universelle, il faudra attendre encore quelques années, autour de 1892-1893, pour que cette nouvelle forme culturelle de correspondance par l’image soit adoptée sur le territoire. Aux Etats-Unis, c’est également un événement qui lance cet engouement : l’Exposition internationale de Chicago en 1893 est déterminante puisqu’elle permet la production de cartes postales souvenirs à une importante échelle.

Les histoires d’édition et d’appropriation culturelle du support carte postale peuvent en effet s’établir parallèlement entre l’Amérique du Nord et l’Europe au début du XXe siècle : des éditeurs basés en Amérique comme Adolph Selige, Rieder ou Curt Teich, qui impriment pour des raisons économiques, en Allemagne, des éditeurs anglais comme Tuck et fils qui s’appuyant sur leur longue expérience, construisent des réseaux de commercialisation de leurs cartes en Amérique, ou encore un éditeurs français, Neurdein frères, qui, en permanence à la recherche de nouveaux marchés, lance une campagne de production de cartes postales au Canada, profitant des fêtes du tricentenaire de Québec en 1908. L’importante Detroit photographic Company qui produit plus de 30 000 cartes postales différentes en 1906, prend ses origines d’une société suisse, la Photoglob de Zurich, à l’ambition expansionniste.

Outre la particularité des cartes postales commercialisées en Amérique du Nord d’être principalement produites en couleur, le format et la position du texte et de l’image sont semblables des deux côtés de l’Atlantique. La réglementation qui codifie en 1904 l’emplacement de l’illustration sur les cartes postales en France, impose l’image au recto et l’écrit au verso. Cette standardisation, appliquée également dans d’autres pays d’Europe, est réglementée en 1907 aux Etats-Unis. L’espace conquis par la photographie sur l’objet finit de consacrer la carte postale comme une image sociale.

L’édition est largement stimulée par la demande. L’envoi de cartes postales lors d’un voyage au début du XXe siècle devient rituel. Mais les expatriés y trouve aussi un moyen de faire varier leur correspondance : ils commentent leur quotidien, et en transmettent une image. Bien sûr les amitiés se créent aussi de part et d’autre de l’Atlantique, et font l’objet de longues correspondances par cartes postales sur plusieurs années. Ainsi, pour les sites touristiques, sites naturels mais également les centres urbains et progressivement tout le territoire, une imagerie se diffuse, liée aux particularités régionales et aux sites remarquables. De la même manière, des représentations des populations amérindiennes sont largement diffusées dans le contexte touristique, en particulier dans le Grand Ouest américain. Les images circulent et avec elles, des imaginaires sont véhiculés, appuyés parfois des quelques mots et textes succincts, rédigés par un proche ou une connaissance, qui accompagnent l’image.

Rassembler en un album la diversité des cultures et la diversité des images, tel semble être l’idée de André Laville (1897-1950), préhistorien et anthropologue, dont l’album nous montre une pratique de collection. Cet album conservé au musée du quai Branly-Jacques Chirac et qui rassemble principalement des cartes postales de populations amérindiennes, permet de restituer la diversité de provenance de ces objets illustrés et de mettre à jour les différents principes de production dont elles sont issues. Ces cartes que se procurent un collectionneur pour les assembler selon sa logique personnelle, mises en lien avec des ensembles organisés par éditeurs, correspondent à des histoires d’entreprises bien différentes, dont la politique de l’image diffère.

Les éditeurs ont principalement, dans cette histoire, une visée commerciale : ils proposent des sujets potentiellement à succès. Relayées par l’administration des postes, les cartes postales circulent à l’unité et transmettent, en combinant l’écrit et l’image, une pensée, une expérience vécue ou un ressenti particulier. Des séries de cartes postales envoyées depuis les Etats-Unis vers la France mettent en images plusieurs grands sites touristiques ou villes américaines[1]. Les corpus éclectiques réunis thématiquement font voyager, des premiers gratte-ciel aux paysages des parcs américains et aux chutes, et donnent une impression du rêve américain de leurs divers expéditeurs.

L’exposition interroge ainsi la circulation des images sur cartes postales entre l’Amérique du Nord et la France entre 1900 et 1940, et met au jour une histoire transnationale de leur production et de leur diffusion, à travers deux formes d’appropriation : collectionner ou transmettre. Première présentation du genre, cette exposition souhaite sensibiliser sur l’intérêt de la carte postale illustrée comme objet d’histoire et invite à la penser comme phénomène, au-delà de l’image qu’elle présente. 


[1] Suivant la logique de l’historien François Brunet et de son étude sur les cartes postales des chutes du Niagara : François Brunet. Traduire le paysage absolu. À propos des cartes postales de Niagara. In : Revue Française d’Etudes Américaines, N°80, mars 1999. Traduire l’Amérique. pp. 33-55. DOI : https://doi.org/10.3406/rfea.1999.1766


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.