Industrialiser l’image de grève au début du XXe siècle?

Intervention lors du colloque “Les mondes de 68”, jeudi 17 mai 2018, BnF

Neurdein frères éditeurs, Chusseau-Flaviens photographe, Les journées historiques, 1er mai 1906, Curieux et manifestants massés au pied de la statue de la République dans l’attente des événements, coll.Bhvp.

Résumé : “Les journées historiques” : c’est le terme qu’emploie Paris-Match dans son numéro spécial dédié à mai 68, paru dans la semaine du 15 au 22 juin de la même année, pour qualifier les événements parisiens. C’est aussi le nom d’une série de cartes postales éditée en mai 1906 par l’entreprise Neurdein, consacrée à la grève générale parisienne du 1er mai 1906 à l’appel de la CGT, qui annonce la lutte pour la journée de 8 heures de travail. Dans un contexte  d’espoir et de crainte du Grand soir de la révolution sociale, pour reprendre les termes d’Aurélie Carrier, et de forte mobilisation des foules, les industries culturelles de la photographie se mobilisent pour produire et faire circuler des images en abondance. Elles se positionnent en témoin et en transmetteur de l’histoire. Partir de ces éditeurs de cartes postales et de leur manière d’industrialiser l’image permet d’analyser la production d’une série, plutôt orientée politiquement, au prisme de choix et de stratégies commerciales et au sein d’un marché de l’image en pleine ébullition au début du XXe siècle.

https://bnf.hypotheses.org/2893

Marie-Eve Bouillon, André Gunthert, Audrey Leblanc, Estelle Blaschke


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.