Utilisation des photographies d’agence dans l’édition touristique : exemple du Mont Saint-Michel

Ce texte est une version complétée de la communication présentée lors du colloque du Lhivic  Si la photo est bonne, jeudi 20 et vendredi 21 octobre 2011, INHA.

En 1909, Antonin Neurdein, membre fondateur de la société Neurdein frères, établissement photographique qui possède « la collection la plus complète de vues de France »1 depuis 1870 et jusqu’à sa vente en 1917 déclare :

« Nos publications nombreuses comprenant 110 000 sujets sont une somme précieuse pour les éditeurs qui trouvent à bon compte un grand nombre d’éléments d’illustration. Nous cédons des droits de reproductions pour une somme relativement importante aux maisons Hachette, Larousse, Delagrave, Colin, Laurens, etc etc qui trouvent à se fournir à bon compte des éléments d’illustration qu’il leur serait impossible de se procurer dans un délai très court et dans ce cas à des prix très élevés. Nous fournissons les vues pour la projection à l’usage de l’enseignement.»2

Dans ce courrier envoyé à Jules Roussel, directeur adjoint du musée des Monuments français, dans le but d’obtenir la rosette d’officier d’instruction publique c’est-à-dire une reconnaissance institutionnelle de son activité, Antonin Neurdein positionne en ce début de XXe siècle la société Neurdein comme un nouvel intermédiaire indispensable entre le photographe et l’éditeur pour l’illustration photographique.

Les éditeurs mentionnés par Antonin Neurdein qui publient à la fois les guides de tourisme et descriptions monumentales et géographiques (comme la collection Joanne par Hachette), des séries d’ouvrages sur le patrimoine monumental (Laurens), ainsi que des manuels scolaires et encyclopédies variées (Colin, Delagrave, Larousse), rendent compte d’une présence transversale de la société Neurdein  pour l’illustration d’ouvrages de séries, ayant trait à la représentation du territoire, l’image se situant dans un rôle entre promotion et instruction.

De nombreuses recherches ont été menées sur l’édition touristique du point de vue des éditeurs et de la réception3. Une étude du point de vue des fournisseurs d’images permettrait de percevoir leur rôle de filtre dans les choix d’images proposés aux éditeurs, et permettrait de replacer l’illustration d’ouvrages touristiques plus largement dans une économie de l’image, incluant les différentes formes d’images en circulation dans le contexte touristique, notamment la carte postale.

De nombreuses questions se posent en effet en amont de la réalisation de ces ouvrages et en lien avec les agences : Pourquoi faire appel à une agence pour illustrer un ouvrage sur le tourisme à la fin du XIXe siècle et début du XXe siècle ? Pourquoi faire appel à la société Neurdein en particulier ? (et dans quel cas ?) Devant quels choix iconographiques se sont retrouvés les éditeurs ? (d’où l’importance d’étudier la constitution du fonds des agences, et leur politique de prise de vue) Qu’a été déterminant dans la décision iconographique finale de l’éditeur ? Comment ont été intégrées les images choisies dans la logique éditoriale ?

L’angle d’étude proposé permet de replacer l’édition touristique dans un système iconographique global dont le pivot est l’agence. La connaissance des productions de cartes postales et d’objets touristiques au même moment permet par exemple d’analyser les différentes modalités de répétition qui construisent un objet culturel.

I) Apparition des photographies de la société Neurdein frères dans l’illustration d’ouvrages touristiques et hypothèses relatives à leur utilisation.

Le Mont Saint-Michel constitue un lieu dédié presque exclusivement au tourisme à partir de la fin du XIXe siècle, pratique qui se situe parallèlement à une tradition de pèlerinage existante depuis le Moyen-âge. L’offre touristique se structure et se professionnalise après 1880, parallèlement aux moyens d’accès facilités vers le monument, pour répondre à un nombre toujours plus croissant de visiteurs. Le nombre de visiteurs 10 000 par an en 1860, passe à 30 000 par an après la construction de la digue en 1885, et à 100 000 par an en 1910, après l’arrivée du train au pied de l’enceinte.4

Une pression économique liée au tourisme se fait particulièrement sentir, que révèlent des querelles entre les différents acteurs de l’industrie du souvenir à cette période : on peut citer pour illustrer cette guerre interne pour l’exploitation de la manne du tourisme deux arrêtés municipaux qui ont été pris en 1907 et 1914 contre le racolage des touristes à leur arrivée au Mont Saint-Michel. Ces arrêtés ordonnent en 1907 de « s’abstenir de toutes pressions importunes vis-à-vis des touristes » puis en 1914 « Toutes sollicitations aux voyageurs sont formellement interdites et les habitants doivent s’abstenir de toutes disputes entre eux, en particulier à la descente des trains et autres véhicules»5.

Les Guides ou descriptions du Mont Saint-Michel s’inscrivent dans ce contexte commercial concurrentiel.

Le diagramme suivant est établi d’après un corpus de cinquante trois ouvrages sur le Mont Saint-Michel, provenant d’acteurs du tourisme locaux et nationaux entre 1895 et 1914. Ces ouvrages, supports et compléments de la visite, publiés dans des formats divers combinent dans leur contenu les aspects pratiques de l’accès, les descriptions architecturales et historiques et les curiosités et légendes du lieu. La date de 1895 a été considérée car elle représente les débuts d’une exploitation réelle des possibilités techniques de la similigravure par les industriels de l’édition, et la date de 1914 représente une rupture dans l’édition du fait des évènements historiques.

Il faut préciser que l’illustration photographique est devenue possible techniquement dans le corps du texte depuis la fin du XIXe siècle (1878 mise au point du procédé de similigravure par Charles-Guillaume Petit). Appliquée couramment dès 1895, en fonction des perfectionnements du procédé d’impression et des politiques éditoriales6, la similigravure permet une réelle boulimie d’images photographiques dans l’édition populaire à partir de 1905.

Le diagramme, qui nous indique le nombre d’ouvrages illustrés de photographies de la société Neurdein, le nombre d’ouvrages illustrés par d’autres photographies7 et le nombre d’ouvrages non illustrés, nous permet plusieurs remarques :

– Une moyenne de deux à trois ouvrages en lien avec le tourisme sur le Mont Saint-Michel sont publiés par an  pendant  toute la période de 1895 à 1914, ce qui est considérable pour un seul et même lieu, ces ouvrages restants disponibles plusieurs années.

– Dès 1895, et probablement avant, la société Neurdein fournit ponctuellement des images pour l’illustration de guides touristiques

– A partir de 1906, la majorité des ouvrages touristiques illustrés sur le Mont Saint-Michel utilise les photographies de la société Neurdein.

– Entre 1908 et 1912, le nombre d’ouvrages touristiques illustrés de photographies de Neurdein augmente nettement.

Cette augmentation peut s’expliquer par les multiples manifestations organisées pour la célébration du XIIe centenaire de l’apparition de l’archange St Michel et de la consécration de l’abbaye en 1908 et 1909. Des milliers de pèlerins, en plus des touristes, sont attendus pour cet évènement autant religieux que commercial pour les acteurs du tourisme.

Cependant, pourquoi la société Neurdein frères devient si incontournable pour l’illustration de ces ouvrages?

La société Neurdein frères fut créée en 1864, comme studio de portraits puis établissement de photographies spécialisé dans les « vues pittoresques et artistiques de la France ». Dès 1870 et jusqu’en 1917, elle évolue dans le domaine du tourisme et des loisirs, renouvelant continuellement ses produits iconographiques. Elle fut une des premières sociétés parisiennes à avoir réalisé des campagnes photographiques au Mont Saint-Michel en 1879, puis à proposer à la vente dans les boutiques du lieu des séries de photographies-souvenirs.

On ne peut cependant pas parler d’Agence de photographies à ses débuts, car son fonds de négatifs8 fut à l’origine principalement constitué pour une exploitation « en interne » c’est à dire pour la réalisation d’objets transformés par l’entreprise elle-même : photographies sous forme de cartes de visites ou cartes cabinets, albums puis cartes postales à partir de 18899. Ce fonds, qu’elle constitue dans le but de l’exploiter, constitue sa richesse commerciale.

L’illustration d’ouvrages touristiques correspond à une toute autre pratique développée à partir de son fonds déjà existant, il s’agit d’une activité de service.

En effet, des changements importants ont cours quant à leur activité, principalement orientée vers la carte postale. En 1905-1906, 600 millions de cartes postales10 sont éditées en France. Cependant, on parle d’un Krach de la carte postale11 dans ces années là, l’image n’a jamais été aussi présente dans les commerces, mais la production supplante la demande, et la concurrence entre éditeurs devient féroce.

Les établissements de photographies et cartes postales comme Neurdein cherchent alors à s’orienter vers de nouveaux marchés pour l’exploitation et la rentabilisation de leur fonds. Ainsi, ils multiplient les partenariats avec les éditeurs. Ils sont en mesure de proposer des prix plus avantageux par rapport à des photographes régionaux, qui n’ont pas les mêmes moyens de réactions, la même expérience, ou les mêmes ressources en personnel.

Dans la logique de la citation d’Antonin Neurdein, reprise en introduction, on peut imaginer qu’une réelle politique envers les éditeurs et acteurs du milieu touristique a été menée par la société Neurdein, pour l’exploitation de son fonds dans le sens de l’illustration photographique.

Le commerce de la société Neurdein glisse alors vers une activité de service qui est le début de son travail d’agence majoritaire par rapport à l’activité de photographe.

De leur côté les éditeurs et auteurs, en faisant appel à la société Neurdein, n’ont pas éprouvé le besoin d’une illustration ad hoc, spécialement conçue pour leurs contenus. Pourquoi avoir préféré les services d’une agence dont les images, bien qu’attrayantes, sont mises en scène et conçues pour fonctionner de manière indépendante ?

Plusieurs hypothèses peuvent être avancées :

– Les éditeurs peuvent facilement puiser dans un répertoire de clichés, une forme de « réserve visuelle », qui comporte plus de 240 clichés sur le Mont Saint-Michel en 1905. Ce large choix constitue un atout.

– L’attractivité et la diversité des images peuvent créer un objet séduisant et divertissant.

– Les photographies sont bon marchées et rapidement livrées, selon Antonin Neurdein. L’entreprise est une structure qui peut répondre rapidement aux besoins d’illustration, avec des images construites et bien faites, qui peuvent être utilisées dans de nombreux contextes.

– Les images sont déjà connues par la carte postale, elles ont déjà prouvé leur succès dans le contexte touristique, hypothèse qui sera développée dans la deuxième partie de cette présentation.

II) Analyse des choix et de la forme prise par les images de Neurdein dans le contexte éditorial

En regardant de plus près ces quinze ouvrages publiés entre 1908 et 1912 et illustrés de photographies de Neurdein, on constate qu’ils proviennent d’acteurs essentiels du tourisme, représentant différentes influences économiques, idéologiques et institutionnelles en présence au Mont Saint-Michel. Cinq auteurs et éditeurs, en rapport avec diverses instances légitimes du monument, caractérisent donc la production de cette période. Chacun possède un objectif particulier, qu’il traduit dans le récit et dans l’utilisation qu’il fait de la photographie. Il s’agit de :

Amédée Maquaire, le directeur du musée du Mont Saint-Michel qui publie dès 1889 le guide Le Mont Saint-Michel et ses Merveilles véritable succès populaire (41 éditions jusqu’en 1935), dont le récit mélange descriptions et légendes. C’est le seul guide qui utiliser encore  à cette période la gravure d’après photographie. Le guide a été rédigé dans le but initial de faire la promotion du musée du Mont Saint-Michel nouvellement ouvert, en 1888

Paul Gout, l’architecte des monuments historiques du Mont Saint-Michel de 1898 à 1923, auteur d’un Guide du visiteur au Mont Saint-Michel, édité par Neurdein puis par Armand Colin, qui date de 1909 (sept éditions jusqu’en 1931) ainsi qu’un ouvrage plus complet intitulé Le Mont Saint-Michel : histoire de l’abbaye et de la ville, étude archéologique et architecturale, publié l’année d’après en 1910 par Armand Colin. Une large part est donnée aux photographies de Neurdein dans ces deux ouvrages, qui permettent de mettre en valeur notamment ses travaux de restauration.

Charles Besnard, archéologue au Mont Saint-Michel et assistant de Paul Gout, auteur de Le Mont Saint-Michel, édité par Laurens en 1912.

L’abbé Bosseboeuf, représente la communauté religieuse, et particulièrement l’évêque de Coutances, dont l’objectif est l’expansion des pèlerinages, publie Le Mont Saint-Michel dans le passé, le présent et l’avenir : nouveau guide illustré du Mont Saint-Michel et des environs sous le pseudonyme Louis du Mont en 1909 par un éditeur local de Rennes et Le Mont-St-Michel au péril de la mer : son histoire et ses merveilles en 1910 par un éditeur local de Tours.

– L’éditeur national à succès, présent dans toute la France, le Guide Joanne, ancêtre du guide bleu, sur le Mont Saint-Michel édité par Hachette, publié en 1910 (cinq éditions entre 1896 et 1914).

Deux grands ensembles peuvent être distingués :

– les guides réédités sur plusieurs années

– Les ouvrages à publication unique

Cependant, il s’agit des mêmes auteurs et parfois des mêmes maisons d’édition. Il s’avère ainsi intéressant de rapprocher l’utilisation des images de Neurdein dans ces deux cas.

Dans le cas des guides réédités sur plusieurs années, le renouvellement de l’illustration permet souvent de donner l’illusion d’une mise à jour du texte d’une édition à l’autre, elle donne l’impression de nouveauté, particulièrement pour le guide Joanne et le guide de Maquaire. Cette question mériterait cependant un approfondissement.

Deux catégories d’images ont été distinguées pour cette étude : les images liées aux descriptions et à la circulation dans le monument, qui correspondent à la pratique du tourisme, et les images dites « pittoresques »,12 composées avec la présence de pêcheurs-modèles, qui correspondent à un imaginaire. A partir de ces deux types d’images, nous nous proposons d’observer quelques exemples des usages qui sont faits des photographies de la société Neurdein dans ces ouvrages.

1- Description et circuit

La circulation au Mont Saint-Michel est assez limitée, une seule rue principale mène à l’abbaye. Les visiteurs sont ainsi soumis à un système touristique réglé, contraint de passer par des étapes obligatoires. Les textes qui décrivent ces étapes le font dans un ordre qui correspond à la progression du visiteur à l’intérieur du monument, depuis l’arrivée en transport au pied du mont, jusqu’au sommet de l’abbaye. La disposition des photographies de la société Neurdein dans ces ouvrages suit la progression du texte, et les étapes du touriste. Par exemple les informations concernant les moyens d’accès se trouvent en regard d’une photographie d’arrivée au Mont, par tous moyens de transport possibles : le guide Joanne sélectionne une photographie de touristes arrivant à pied sur la passerelle, Paul Gout choisit une photographie de l’arrivée du train, et Amédée Maquaire une gravure représentant l’arrivée en train et en voiture sur la digue.

Les photographies confirment donc visuellement le circuit décrit par le texte, présentant les différentes étapes que le touriste connaîtra lors de sa visite.

Les photographies utilisées pour illustrer les guides et ouvrages présentent une certaine homogénéité dans les points de vue proposés sur les monuments.

La composition du fonds de la société Neurdein, au sein duquel les choix de photographies ont été fait, peut nous éclairer sur cette homogénéité. A partir de 1879, la société Neurdein constitue son fonds sur le Mont Saint-Michel : les opérateurs, chargés des prises de vue, circulent dans le monument, repérant les points de vues intéressants pour le touriste. Ces photographies sont régulièrement refaites, « actualisées » lorsqu’elles ne correspondent plus à l’état visible du monument. Nous conservons une trace de cette activité de renouvellement des vues dans les albums de référence de l’entreprise. Il ne s’agit pas de l’ensemble de ses prises de vue sur toute sa période d’activité mais plutôt d’un cadre méthodique d’exploration et de mise à jour d’un lieu.

Chaque référence correspond à un type d’image, numérotée, conservée dans ces albums qui furent réalisés en de nombreuses phases, correspondant à plus de trente ans d’activité de l’établissement. Une standardisation des vues étaient donc à l’œuvre au moment de la constitution du fonds. A partir de ces ensembles, la société Neurdein proposait à la vente de multiples objets iconographiques notamment des albums-souvenir et par la suite des livrets de cartes postales. Les albums-souvenirs, produits dès 1880, véritables circuits visuels, traduisent déjà, avant l’illustration des guides, ces étapes de la visite13.

Les éditeurs et auteurs semblent dans certains cas adapter l’illustration à leur mode de narration et à leurs objectifs commerciaux ou intellectuels, dans la modification de l’image, ou par la légende.

La photographie du châtelet, entrée fortifiée de l’abbaye, nous en donne un exemple :

Amédée Maquaire indique dans l’image la direction de son musée, par une flèche ajoutée à la gravure (ill.1). Joanne, par un cadrage serré sur l’escalier qui mène à l’abbaye, semble privilégier l’indication de l’entrée de l’abbaye, faisant face à un texte sur la visite de l’abbaye (ill.2). Paul Gout utilise une photographie du châtelet animée de personnages, qui est éditée par ailleurs en carte postale (ill.3). Dans son guide, cette photographie est légendée « entrée de l’abbaye », alors que dans son ouvrage, qui se veut plus scientifique, il va justifier l’utilisation de ce type d’image plus « divertissante » par une légende plus technique ou historique « Le châtelet terminé en 1393» (ill.4), comme il le fait ailleurs dans l’ouvrage.

2- Le pittoresque

Les images de pêcheurs, personnages emblématiques du lieu, partie prenante de son imaginaire, ponctuent les pages de ces ouvrages touristiques, malgré la disparition progressive de l’activité de pêche au profit du tourisme au Mont Saint-Michel à cette époque. Ils animent au premier plan les vues générales du monument et sont représentés seuls ou en groupe, sur des images très composées de la société Neurdein.

Encore une fois, comme pour la photographie du châtelet, nous remarquons l’utilisation des mêmes types d’images pour les guides et les ouvrages. Les légendes diffèrent cependant, conférant à l’image un sens d’instruction pour les ouvrages, qui n’existe pas dans les guides. Par exemple, alors que la légende de l’ouvrage de Paul Gout précise une datation de la vue « Vue générale au sud en 1898 », la légende de son guide reste très générale « visite des remparts à l’extérieur, partie du nord ouest ».

Comme on a pu le voir avec les photographies d’architecture, la standardisation est également à l’œuvre pour les photographies dites pittoresques. On peut constater une continuité dans les mises en scène mises au point par les frères Neurdein et exécutées par les opérateurs, pratique qui génère plusieurs générations d’images pour une même référence. Ces images pittoresques répondent donc à des codes.

La première édition du guide du Musée du Mont saint-Michel en 1889 par exemple, ci-dessous, s’inspire de la vue du Nord Est de Neurdein datée entre 1882 et 1891.

Les modifications apportées à la gravure, c’est à dire la suppression de deux pêcheurs, accentuent la lisibilité de l’image.  On observe qu’à la période qui nous intéresse, en 1909, la même photographie est réutilisée, la flèche au sommet du Mont, construite en 1898, a simplement été rajoutée à la gravure. En 1889, nous sommes avant l’apparition de la carte postale, nous remarquons que la photographie publiée au sein du guide, avait été utilisée pour la production de timbres photographiques, objets liés à une pratique populaire peu connue, mais qui va dans le sens d’une plus large diffusion. Cette photographie, qui a déjà un vécu culturel, sera choisie par l’éditeur.

La photographie des « pêcheurs des grèves et coquetières » nous montre le même phénomène. Trois photographies extraites des albums de référence de la société Neurdein correspondent à une même séance de prises de vue : on peut y voir un groupe de pêcheurs et de pêcheuses de coques  sur l’estran, au centre de la composition, encadrés de ciel et de sable qui constituent des plages de vides formant leur environnement naturel de travail. Les pêcheurs apparaissent dans leur contexte de pêche.

Les poses des personnages varient dans les trois cas ainsi que leur positionnement vis-à-vis de l’arrière plan. La photographie référence n°247 donne l’impression d’une prise de vue sur le vif, d’un instantané, le personnage central ne fixe pas l’appareil comme pour les deux autres références. De plus le bateau de l’arrière plan se détache distinctement des personnages permettant d’accentuer le caractère marin de la scène.

C’est peut être pour des raisons de clarté et lisibilité que cette photographie de la référence 247 sera sélectionnée pour l’édition d’une carte postale avant 1903.

La répétition de cette image, notamment sur d’autres cartes postales de type synthétiques (montages de photographies), qui résument en une sélection d’images phares, la visite au Mont Saint-Michel, construit un stéréotype. La société Neurdein se situe dans une logique de rentabilisation de ses fonds, et réalise alors différents produits iconographiques à partir des mêmes images « efficaces ». Ces cartes postales circulent vers 1906, 1907.

C’est également cette image des pêcheurs de coques qui sera choisie par l’abbé Bosseboeuf et par Paul Gout pour leur ouvrage en 1910. Dans l’ouvrage de Paul Gout, l’image est recadrée par rapport à la photographie originale pour apparaître en format horizontal, panoramique. Dans l’ouvrage de Louis Bosseboeuf, la photographie est publiée en tête de chapitre. Elle est recadrée de la même manière que la carte postale. Ce recadrage sur les personnages décontextualise la scène : il ne s’agit plus de pêcheurs dans leur contexte de travail, mais de figures de pêcheurs.

Pour l’abbé Bosseboeuf, l’image éditée, recadrée sur les personnages, introduit un discours historique sur les premiers habitants du mont de la période préhistorique. La légende de l’image va également dans le même sens ; elle insiste sur l’action des personnages « Retour de la pêche des coques dans la baie » peut être comme pratique ancestrale.

Le même cas se présente quelques pages plus loin dans l’ouvrage de Bosseboeuf : la photographie de Neurdein réutilisée découpée sur la carte postale se retrouve en deux parties dans l’ouvrage. Elle illustre à nouveau un discours sur la période préhistorique au Mont Saint-Michel mentionnant « les premiers habitants dont la chasse et la pêche étaient les occupations préférées ». Cette utilisation de l’image traduit des assimilations simplistes entre préhistoire et traditions populaires, vues comme « vestiges de l’antiquité reculée de notre pays »14, en vogue du temps des premières collectes des folkloristes .

Ces deux exemples montrent que les auteurs et éditeurs utilisent les images de Neurdein standardisées, mais qu’ils semblent privilégier celles ayant déjà un vécu culturel et commercial, c’est à dire des images qui sont déjà diffusées à plus grande échelle dans le contexte touristique, par la carte postale notamment, et même précédemment par le timbre photographique.

Cependant, le décalage perceptible dans les ouvrages entre le récit et l’illustration révèle une mise en œuvre parfois maladroite des préoccupations des auteurs, situées entre promotion et instruction.

Ces images pittoresques mises en scène peuvent faire l’objet d’un usage illustratif par les éditeurs. La voiture de Genêt, transport traditionnel en voiture à cheval à travers la grève, devenu attraction pour les touristes avec la construction de la digue route et de l’arrivée du train, fait partie de l’iconographie touristique à succès du Mont Saint-Michel. Cette image est très diffusée dans la forme carte postale, mais acquiert dans la publication le sens symbolique d’arrivée ou de départ du Mont Saint-Michel. Ainsi, on retrouve la même image publiée dans l’ouvrage de Besnard illustrant la tête de chapitre de l’avant propos, et à la fin de l’ouvrage de Bosseboeuf sous la table des matières.

L’image qui avait une légende précise pour Neurdein, « La voiture de Genêt », devient « Le Mont Saint-Michel vu des grèves » pour Besnard et « Au revoir ! » pour Bosseboeuf.

Ces photographies de Neurdein, utilisée dans un contexte éditorial touristique deviennent des signes, tel que l’a défini André Gunthert15. Leur contexte de prise de vue et le sens originel donné par la société Neurdein à ces images lorsqu’elles étaient diffusées en carte postale est remplacé par une construction narrative, incluant image-légende, position dans la page et position dans l’ouvrage.

En conclusion, l’étude de l’illustration des ouvrages touristiques à travers le prisme des agences de photographies ouvre de nombreuses pistes qu’il reste à explorer.

Elle nous permet d’analyser la répétition des images standardisées dans le contexte touristique en général, puis leur adaptation au récit lorsqu’elles sont utilisées comme illustration. De l’usage de l’image comme véhicule d’information à son usage illustratif, l’adaptation des images au récit touristique est multiforme, entre  promotion et instruction.

Je remercie les institutions suivantes, ainsi que leur responsable, qui m’ont permis la reproduction de leur collection : Archives départementales de la Manche, Bibliothèque du fonds ancien, Avranches, Parisienne de photographie/collection Roger-Viollet, Bibliothèque nationale de France.

  1. Publicité de l’entreprise Neurdein frères, vers 1900, coll. part. []
  2. Courrier d’Antonin Neurdein à Jules Roussel, conservateur adjoint du musée des Monuments français, 16 janvier 1909, archives de la Commission des monuments historiques, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. []
  3. On peut citer le colloque Les guides imprimés du 16e au 20e siècle, ville paysages, voyages sous la direction de Evelyne Cohen, Gilles Chabaud, Natacha Coquery, Jérôme Penez, Paris, Belin, 2000, ainsi que les travaux de Hélène Morlier sur les guides Joanne édités par Hachette. []
  4. Henry Decaëns, La belle époque au Mont Saint-Michel, Rennes, Ouest-France, 1985, p.40. []
  5. Henry Decaëns, La belle époque au Mont Saint-Michel, Rennes, Ouest-France, 1985, p.40 et Archives nationales, BB19, archives de la cour de Cassation []
  6. La presse illustrée, avec le journal l’Illustration, nous offre un exemple de l’importance de la politique des dirigeants de presse dans le choix d’une technologie, voir à ce sujet Thierry Gervais, L’Illustration photographique. Naissance du spectacle de l’information, 1843-1914, thèse de doctorat d’histoire (dir. André Gunthert, Christophe Prochasson), EHESS, 2007, http://culturevisuelle.org/blog/4356, consulté le 20 octobre 2011, p.216. []
  7. Les photographies illustrant les guides peuvent provenir de plusieurs sources : de grandes maisons de photographies comme Neurdein, des photographes régionaux, photographes liés à l’éditeur (salariés), d’association comme le Touring Club, d’institutions comme la commission des Monuments historiques, ou de l’auteur lui-même. []
  8. Le fonds de négatifs de la société Neurdein frères est actuellement la propriété de la Ville de Paris et est conservé et exploité par la Parisienne de photographie/Agence Roger-Viollet. []
  9. La date de 1889 est mentionnée par la société Neurdein dans son Catalogue des collections et sujets édités dans le format carte postale par Neurdein frères, photographes, éditeurs, imprimeurs, Paris, Neurdein, 1900, cependant, elle doit être prise avec précaution ; de nombreux éditeurs revendiquent en effet l’invention de la carte postale en France. Le commerce de la carte postale par Neurdein est cependant avéré en 1892. []
  10. Chiffre avancé par la Chambre syndicale française de la carte postale en 1959, citée dans Aline Ripert, Claude Frère, La carte postale, son histoire, sa fonction sociale, Paris, CNRS éditions, 1983, p.43. []
  11. Georges Goury , « le Krach de la carte postale », Revue illustrée de la carte postale, 25 mars 1905, n°63, p.595-598, période définie en ces termes par George Goury, rédacteur en chef de la revue illustrée de la carte postale, traduisant le ralentissement de la vente de cartes postales pour des raisons de surproduction, du fait de la concurrence des amateurs. []
  12. Terme employé par la société Neurdein frères elle-même dans ses publicités []
  13. Ces albums photographiques ont-ils été constitués par les opérateurs de la société Neurdein à partir de circuits décrits dans les premiers guides non illustrés ? (les premiers guides Joanne, publiés par Hachette sur la Normandie apparaissent vers 1850, et  contiennent une description du Mont Saint-Michel qui sera reprise dans les guides monographiques à partir de 1896). []
  14. Nicole Belmont, Josselyne CHAMARAT, Denise GLÜCK et al. “L’Académie celtique”, in : Hier pour demain. Arts, Traditions et Patrimoine, catalogue d’exposition du Grand-Palais, 13 juin-1er septembre 1980, Paris, RNM, 1980, p. 57 []
  15. André Gunthert, « L’illustration ou comment faire de la photographie un signe », L’Atelier des icônes, 12 octobre 2010 (http://culturevisuelle.org/icones/1147). []

Une réflexion au sujet de « Utilisation des photographies d’agence dans l’édition touristique : exemple du Mont Saint-Michel »

  1. Ping : L’injonction paysagère | Territoire des images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *